2014-10-20

Instituto de industrias digitales creativas


El ex-presidente Leonel Fernandez dela Republica Dominicana, Francisco »Simplicio, Assistant Director, Programme and Funds Managment and Hervé Fischer.

Leonel Fernández aboga por la inversión en la cultura como una industria creativa para potenciar el desarrollo

El ex presidente inauguró el Primer Seminario Internacional de Industrias Creativas Digitales en Funglode, junto al presidente de la FIAM, Hervé Fischer.
(Santo Domingo, 16 de octubre de 2014). La cultura debe ser una dimensión del desarrollo sostenible, afirmó el ex presidente de la República y presidente de la Fundación Global Democracia y Desarrollo (Funglode), Dr. Leonel Fernández, quien definió las bases en la que debe sustentarse  “la economía creativa como fuente de desarrollo”.
El ex mandatario se refirió al tema en el acto de apertura del Primer Seminario Internacional Industrias Creativas Digitales, organizado por Funglode y la Federación Internacional de Asociaciones de Multimedia (FIAM). El encuentro reúne especialistas nacionales e internacionales desde este jueves 16 hasta el sábado 18.
Durante su intervención, Fernández se refirió a los retos que tiene la República Dominicana para potenciar su economía cultural. En primer lugar, colocó la capacitación de los recursos humanos y la necesidad de entender el alcance de la revolución digital en toda su dimensión. Desarrollar espacios y clústeres que permitan la asociación de artistas y creadores para lograr el fortalecimiento del sector cultural es otro de los desafíos por asumir.
También consideró prioritario el fomentar la autonomía financiera de las industrias culturales para que se constituyan en un sector público y privado económicamente rentable.
En su disertación, Fernández puso de manifiesto la relevancia cada vez mayor de la economía creativa al comercio mundial de bienes y servicios creativos. Con datos de la Organización de las Naciones Unidas para la Educación, la Ciencia y la Cultura (UNESCO) destacó que, en 2011, la economía creativa hizo un aporte de US$64 billones, cifra que desde entonces ha crecido exponencialmente.
Definió la industria creativa como un “ciclo de creación, producción y distribución de bienes y servicios que usa la creatividad y el capital intelectual como materia prima, basándose en el conocimiento”.
Apostar al desarrollo de las industrias creativas constituye, en opinión de
Fernández, una fuente para revitalizar la economía nacional, contribuir al bienestar generalizado de las comunidades y mejorar la calidad de vida de la sociedad.
Fernández consideró que la economía creativa se encuentra en proceso de evolución, lo que incluye a su vez un proceso de interacción en los aspectos económicos, sociales y culturales con la tecnología, la propiedad intelectual y los objetivos del turismo.
A partir del Modelo del Instituto Unesco de Estadística y de la Organización Mundial de la Propiedad Intelectual (OMPI) indicó que las industrias creativas y culturales la integran museos, festivales, la radio y la televisión, el cine, la publicidad, la arquitectura, la moda y la música, entre otros.
En República Dominicana citó como elementos de su economía creativa el béisbol, los ritmos nacionales, como la bachata;  la moda, los espectáculos, los carnavales y  la artesanía. Destacó el auge del cine como clara evidencia del desarrollo de la economía creativa del país.
Francisco Simplicio, del Instituto Global Sur-Sur de las Naciones Unidas (UNOSSC), intervino en el acto y afirmó que el desarrollo del emprendimiento es una de las intervenciones más importantes en las industrias creativas, porque existe una brecha de capacidades para crear negocios y mercados.
Resaltó la necesidad de transformar los artistas en emprendedores y a la vez desarrollar sus habilidades tecnológicas para enfrentar el desafío del sector.
Las industrias creativas pueden alcanzar hasta el 8% del PIB, apuntó Simplicio, y abogó por que se les dé prioridad en políticas públicas.
La última intervención en el acto inaugural correspondió al presidente de la FIAM, Hervé Fischer, quien manifestó que el encuentro tiene por objetivo el desarrollo de un plan de acción para fomentar el desarrollo de las industrias creativas digitales.
Lo digital, dijo Fischer, es una herramienta de desarrollo humano para apoyar la diversidad  cultural y con ello promover el habla particular de cada país.
Inició su intervención con un reconocimiento especial al ex presidente Fernández. Dijo que es el primer hombre de Estado que ve con tanta sensibilidad, conocimiento e interés sobre la industria creativa.
Yarima Sosa, directora del Centro Estudios del Futuro, iniciativa de Funglode organizadora del encuentro, dio la bienvenida a los invitados nacionales e internacionales.
En el acto tuvo lugar la presentación del Instituto Global Sur-Sur de Industrias Creativas Digitales.
La clausura del seminario, el sábado 18, contará con la participación de Margarita Cedeño de Fernández, vicepresidenta de la República.
Participantes
Hervé Fischer, profesor asociado y director – fundador del Observatorio Digital Internacional de Montreal, UQAM y director académico de Social International University- FIAM Academy; Francisco Simplicio, asistente de la Dirección del Programa Especial Para la Cooperación Sur-Sur de las Naciones Unidas, y  Edna dos Santos-Duisenberg, vicepresidente de la Federación Internacional de Asociaciones de Multimedia (FIAM).
Ping Li, CEO y vicepresidente de FIAM; Emilio Salomon, CEO y fundador de Social International University – Virtual Training Network; Angele Bouffard, consultora internacional, CEO y fundadora de Oser Créer; Luis Salvador Cervantes, director de posgrados y educación continua de la Universidad del Valle de Atemajac, Guadalajara, y Enrique Avogadro, subsecretario de Economía Creativa del Gobierno de la Ciudad de Buenos Aires.
Gabriel Bicharra Santini Pinto, coordinador del Programa Industrias Creativas de la Federación de Industrias de Río de Janeiro (FIRJAN); Gerardo Neugovsen, profesor asociado en ADEN International Business School; Dali An, diplomático de la República Popular China; José Rafael Lantigua, director del Centro de Estudios de la Cultura de Funglode; Aida Montero, directora de la Biblioteca Juan Bosch; Felipe Cesar Londoño, rector de la Universidad de Caldas, e Yvette Marichal, titular de la Dirección General de Cine.




2014-09-10

Video: Collective Kick "Art Postal" Crowd Painting by Hervé Fischer (Spanish)



Les invito a participar en un proyecto inédito de pintura colectiva sobre la temática del compromiso social en la creación cultural. Cada persona es potencialmente un artista. Les invito a contribuir en esa pintura participativa haciendo su marca personal. Estaré su pintor, representando durante los 30 próximos días el crecimiento del nombre de participantes y de las contribuciones en el estilo de los cuadros de variaciones de economía y de la especulación financiera en la bolsa.

La cultura es más importante que la economía. Lo podemos mostrar. Gracias atodas y todos por adelantado para su participación y dentro de 30 días vamos a compartir una experiencia única,  y crear juntos une pintura emblemática de nuestro tiempo.


http://bit.ly/hervefischer

2014-09-09

A Kickstarter sociological art experience


Voilà, le projet d'une peinture collective créée avec Kickstarter est lancé et se poursuivra pendant les 30 prochains jours.

Here we go; we launch with Kickstarter a unique project of participative painting for the next 30days..

Hoy vamos adelante : les invito a participar en une proyecto de pintura collectiva durante los 30 proximos dias.

Heute schlage ich vor, während der 30 nächsten Tagen eine kollektives Gemâlde  zusammen zu schaffen.

THIS IS A FIRST! ENGAGE & LET'S MAKE IT VIRAL!
The success of Hervé Fischer's performance requires your engagement, support, feedback, likes, retweets, comments and share's.

kickstarter-logo

https://www.kickstarter.com/projects/1100590172/collective-kick-art-postal-crowd-painting-by-herve

Post your mark on Hervé Fischer's first digitally crowd-sourced participative work! And receive a hand-signed limited reproduction of the collective work to show your mark. Inspiration comes from the collaborative work. Reach out & make it viral! Brag about your involvement.



The Kickstarter "Art Postal" Painting Performance

This Art Postal Project, which I aim to share with you, using Kickstarter, will reflect my engagement in sociological art, as a participative painting performance. Proposing an alternative symbolic to the dashboards of Wall Street and the running economy, l shall paint day after day during the project the variation line (diagram) of the number of contributors and amount of your donations. The final electronic painting resulting of this participative creation will represent our cultural and spiritual shared engagement in social solidarity values instead of toxic financial speculation. Following this electronic collective creation, which l shall put on line as digital Art Postal, l shall also paint it with acrylic on canvas as an emblematic sociological work of art of our time. It will be «Kickstarter» at its best thanks to all of you.
En français
Je vous propose un projet inédit de peinture collective sur le thème de l’engagement social dans la création culturelle. Chacun de nous est potentiellement un artiste. Je vous invite à vous associer à cette peinture collective en y faisant votre marque personnelle. Je serai votre exécutant pendant 30 jours en peignant le nombre d’entre vous qui vous y associerez et le montant cumulé des contributions de tous, à la manière des tableaux de variation économique et de spéculation financière de la bourse.
La culture peut être plus importante que l’économie. Montrons le ensemble. Merci à chacune et chacun de vous pour votre engagement qui nous réunira pendant les 30 prochains jours et au-delà, je l’espère, par notre succès collectif et la création d’une oeuvre emblématique de notre époque.
En espagnol   
Les invito a participar en un proyecto inédito de pintura colectiva sobre
la temática del compromiso social en la creación cultural. Cada persona es
potencialmente un artista. Les invito a contribuir en esa pintura participativa haciendo su marca personal. Estaré su pintor, representando durante los 30 próximos días el crecimiento del nombre de participantes y de las contribuciones en el estilo de los cuadros de variaciones de economía y de la especulación financiera en la bolsa.
La cultura es más importante que la economía. Lo podemos mostrar. Gracias atodas y todos por adelantado para su participación y dentro de 30 días vamos a compartir una experiencia única,  y crear juntos une pintura emblemática de nuestro tiempo.
Deutsch
Ich lade sie ein, an der Schaffung eines kollektiven Gemälde teilzunehmen. Das Thema dieses neuartigen Projektes wird unser gemeinsamer Engagement in die kulturelle Schöpfung sein. Jeder Mensch kann ein Künstler sein. Ich schlage ihnen vor, diese Malerei mit ihrem persönlichen Zeichen zu verwirklichen. Ich werde während der 30 nächsten Tagen ihr Mahler sein, und die Steigerung der Anzahl der Teilnehmer und Beiträgen in der Art der Anzeiger der Wirtschaft und Finanzspekulation darstellen.
Die Kultur kann wichtiger als die Wirtschaft  sein. Wir können es zusammen zeigen. Ich danke ihnen im voraus für ihrem Beitrag, und am Ende der 30 nächsten Tagen werden wir nicht nur ein außerordentliches Erlebnis geteilt, sondern auch ein emblematisches Kunstwerk gemeinsam geschaffen haben.

2014-09-07

La divergence du futur


Ce n'est pas tant la loi darwinienne de l'adaptation et de la sélection naturelle établie par Darwin qui change le monde que la divergence incessante de la nature et de la création humaine.
(en librairie le 26 septembre au Québec)

2014-08-01

Limites des hyperliens et donc de l'informatique


Nous pensons principalement par associations d'idées. La rationalité est construite par liens, non seulement par causalité linéaire, mais aussi par configurations en arabesque, qui établissent des relations de sens, qui supposent une cohérence que nous révélons.
A l'âge du numérique nous développons la métaphore des réseaux en hyperliens. Nous naviguons par liens.
Toute l'informatique est basée sur la notion de liens. Les algorithmes sont des procédures qui progressent par liens. Programmer, c'est lier.
Nous élaborons donc beaucoup sur la notion de lien, mais l'univers se construit et se pense aussi par divergences et ruptures.  Penser par saut ou discontinuité n'implique pas nécessairement une situation de chaos. Mais comment penser et nommer l'opposé des liens ? Incohérence ? Chaos ? Rupture? Rejet ? Divergence ? Voilà la question qu'il nous faut aborder.
C'est parce que le concept de liens nous vient de la sphère familiale et amicale, les liens humains, qu'il nous est si familier et coutumier. Et nous avons élargi ce mode de pensée à la connaissance en général, notamment à la logique (qui demeure, selon la mythanalyse, d'origine familiale). Nous rejoignons implicitement ainsi la civilisation chinoise ancienne qui se fondait sur l'harmonie de la nature et de la société, dont l'empereur était personnellement garant, et qui a inspiré la philosophie de Confucius. Pourtant, tous les liens ne sont pas nécessairement harmonieux. Il y a aussi des liens qui  sont des rivalités, des hostilités, des crimes, des guerres. Nous devons donc prendre en compte aussi, au-delà des harmonies et cohérences, une dramaturgie des liens qui inclut les liens négatifs, des tensions destructrices de tout lien.
Et il ne s'agit pas là seulement de la pensée cognitive. Nous faisons par exemple l'expérience, notamment dans nos cauchemars, par nature "décousus", il est vrai, mais aussi dans la vie réelle de menaces. Nous cherchons alors à créer une protection contre ces menaces, à fermer une porte devant des personnes agressives et à consolider cette séparation. Dans la sphère de la morale comme dans celle l'inconscient, nous instituons des seuils, qu'il ne faut pas franchir, transgresser, entre deux espaces, celui qui est normal ou protégé et celui qui nous menace ou qui est sacré. Un lien est constitutif de proximité, de contact. Un seuil peut être encore à la fois un lien et une rupture. Mais une divergence est un non-lien, une séparation radicale.
Nous avons beaucoup pensé et célébré le lien. Mais il nous faut donc aussi apprendre à formuler, nommer et penser le "non-lien". A moins de choisir d'en nier totalement l'existence, ce qui va à l'encontre de la structure dominante de la pensée, qui est fondamentalement un mode de liaison entre des idées, mais qui ne saurait affirmer l'existence de liens sans supposer celle de non-liens, non seulement par éloignement, mais aussi par divergence dans une proximité. Car dire que tout est lien, que tout est lié, c'est ne plus rien dire qui en vaille la peine. C'est ne plus penser distinctement. Notre prochain livre sur "la loi de la divergence" tente précisément de penser cette problématique.
L'accouchement du nouveau-né est l'exemple même de cette expérience, et sans doute plus que cela : le fondement biologique de cette dialectique entre lien, seuil et rupture. La vie et la psyché elle-même se structurent selon ce triple mouvement de lien ( à la mère), de seuil (l'accouchement) et de rupture: la construction de l'autonomie hors de l’utérus. Il faut revenir à cette expérience matricielle pour penser cette dynamique et aborder la question de la divergence.
Mais l'informatique ne peut programmer une absence de lien, qui serait une rupture de son langage. Dans un tel cas, elle échoue (bogue, dysfonction, corruption). Elle ne peut "sauter" à autre chose, dans un vide programmatique, franchir un seuil où tout lien s'efface. Elle ne peut par exemple décrire la mutation physique du passage de l'eau en glace ou en vapeur; elle peut seulement le prévoir, voire le programmer. Et pour suivre l'expérience, elle sautera alors d'un fichier à un autre, sans continuité moléculaire. La pensée humaine, à l'opposé de l'intelligence artificielle, est capable de cette discontinuité et donc d'assumer une pensée divergente par rapport à ce qu'elle a appris et assumé précédemment. La divergence échappe à l'informatique. Et pourtant, non seulement elle existe, mais elle est le moteur de l'évolution humaine. Nous touchons là le fondement d 'une différence radicale que beaucoup de gourous voudraient bien nier, eux qui s'emploient à nous dire que l'informatique va nous conduire au "mur de la singularité", au-delà duquel les ordinateurs continueront à ronronner, tandis que la pensée humaine  se heurtera à ses propres limites physiologiques.
Il y a une divergence radicale entre intelligence artificielle, dont nous devons reconnaître les limites, et intelligence humaine (physiologique et psychique), qui a aussi des limites évidentes, mais qui est capable de diverger au-delà des liens coutumiers.

2014-06-25

Augmented consciousness




Thanks to digital technologies we learn how to use hyperlinks when we navigate on the web and we get access to worldwide information in real time. The Digital Age allows us to get closer to all societies, feel responsibility and share compassion with all members of humanity who are in vulnerability because of natural catastrophes or break down of peace.
We may celebrate the new capacity of digital technologies for offering us “rich media” and "augmented reality" thanks to these multiple hyperlinks giving us complementary information about any historical, social, scientific, cultural data or touristic site. But, even more important, we benefit of what  we should call "augmented consciousness" thanks to these same multiple hyperlinks of the web and social media of our new age. This "augmented consciousness” is awaking a deeper sense of human creativity and ethical social responsibility which we develop collectively. It allows us to discover and appreciate the richness of cultural diversity. It allows us to believe again in human progress. It may sound paradoxical that a binary digital code and electronic technology may create nowadays more consciousness and a planetary ethic, but it is a matter of fact, even if the progress is slow and if United Nations agencies encounter so much difficulty to impose peace and human respect. In a time which sees the triumph of techno-scientific logics and the domination of economical one-way thinking, “augmented consciousness” and planetary ethics should still be considered as the key parameters of the future of humanity.

We may therefore propose the new concept of “hyperhumanism” to express our hope for more humanism thanks to more hyperlinks.

2014-06-14

The new Titans of our time

          Anthropometry of a new Titan, electronic painting on screen, 2014

They are the empowered sons of the XXI century. They have killed fathers and mothers. CyberPrometheus is triumphing,

2014-06-13

CYBER-ANTHROPOMÉTRIES


Cyberanthropométrie , acrylique sur toile, 153 x 92 cm, 2014

Le cyborg, icône de l'âge du numérique, de l'imaginaire des jeux vidéo, de la technoscience, de l'empowerment (l'homme augmenté), prend la relève du nu féminin, si présent dans la peinture occidentale depuis la Renaissance. C'est le mythe de la puissance de l'homme, le fils du père, qui l'emporte sur celui de la mère, que célébraient encore les papiers gouachés en bleu et découpés de Matisse et les anthropométries bleues d'Yves Klein. Le cyborg a tué père et mère. Sous la figure de l'homme hybride, le robot anthropoïde, le cyborg, emblématique du XXIe siècle, incarne le fils triomphant, le nouveau Titan de notre temps.

2014-06-08

La sensibilité, comme la pensée, procède en arabesque


Nous avons beaucoup parlé de la "pensée en arabesque" par opposition à la pensée linéaire du rationalisme classique. Or la sensibilité est elle-même arrimée à la pensée. Je ne l'opposerai pas au jugement esthétique"universel et sans concept" de Kant. Car il n'est pas question ici de jugement, mais seulement de sensibilité, fût-elle spontanée et confuse. Nous savons que dans la "lecture d'une image" l’œil procède à un balayage en arabesque global en fixant son regard sur divers points successivement, avant de scruter plus systématiquement. La lecture globale d'un texte se fait de même par sondage de syllabes et de lettres qui, si elles permettent de reconstituer rapidement le sens, n'exigera pas de lecture linéaire avant de passer à l'ensemble suivant. Même l'écoute de la musique n'est pas linéaire, mais se fait par sauts de groupe en groupe de sonorité. Plus convainquant encore: la lecture d'une ligne droite n'est pas linéaire, mais se fait par sauts de point en point. L’œil semble incapable de suivre de continu linéaire d'une ligne. Le schéma proposé ci-dessus permet de le vérifier: l’œil va de point d'inflexion en point d'inflexion de la ligne et nous ne prêtons attention aux segments intermédiaires qu'au prix d'une attention spéciale, rapidement jugée fastidieuse et inutile.
Autrement dit, la perception procède par points d'arabesque nous permettant de deviner ou supposer immédiatement le contenu des zones intermédiaires. Et lorsque nous passons de la perception à la sensibilité, il en est de même: nous procédons par liens entre les divers éléments perçus, sonores, visuels, tactiles, olfactifs, gustatifs, pour établir une sensation globale dont nous cherchons la lecture, la finesse, la cohérence ou la signification. Toute sensation est d'abord confuse et demande à être définie pour être mentalement interprétée. La perception, la sensibilité, le déchiffrement continus n'existent pas. Ils se constituent par configuration d'éléments ponctuels que nous lions conceptuellement pour en reconnaître la forme ou la qualité connues, le "pattern". La continuité n'est pas une forme constituante de la matière, ni de la perception de la matière. Elle est seulement éventuellement un effort a posteriori pour une perception en arabesque plus serrée.

2014-06-07

Le plaisir


                                            Le plaisir, acrylique sur toile, 92 x 153 cm, 2014

Le plaisir buccal est immense comme un paysage qui se découvre d'instant en instant. Un univers profond, subtil, tactile, aux arrière goûts prolongés, parfois cruels, cannibales. Je prends conscience de points d'excitation, réceptifs de saveurs que je précise mentalement. Je construis mes perceptions gustatives par liens de point en point de mes papilles gustatives, pour en configurer les qualités, et les définir selon ma mémoire ou mes références éventuelles (goût de petits fruits murs, de vanille, acidité, sucre, comme le suggèrent les étiquettes des bouteilles de vin). C'est ainsi que je mange l'univers. Et je vois les couleurs de ce que je porte à ma bouche, le bleu, le violet, le rouge, le pourpre, le vert, qui m'annoncent les saveurs et les textures de ce que je vais ressentir. J'attribue des saveurs aux couleurs (vin blanc, rosé, rouge,  glace verte, sucre blanc, orangeade, crème pistache, rosée, chocolat, bleuets, jaune d’œuf: les couleurs me mangent.